Saviez-vous qu’il existe des hibiscus vivaces?

par Michel Quenneville, d.t.a., producteur en serre

Nous connaissons tous les hibiscus tropicaux : ces plantes à belles fleurs qui ne durent qu’une journée mais qui n’en finissent pas de fleurir. Or, il existe aussi des hibiscus vivaces pour nos régions, c’est-à-dire des plantes qui passent l’hiver dehors et reviennent l’année d’après. En hiver, les tiges gèlent jusqu'au sol et repoussent des racines le printemps suivant.

Ces hibiscus vivaces qui fleurissent en août et septembre, arborent des fleurs géantes jusqu’à 10 pouces (25 cm) de largeur. Chaque fleur ne dure qu’environ deux jours, mais le plant en produit sur une longue période. Ils viennent en trois couleurs principales avec variation de teintes, soit le rouge, le blanc et le rose.

Avec les années, la plante devient géante et aura des dizaines de tiges et de nombreuses fleurs en même temps. Les fleurs ressemblent à des assiettes que l’on aurait collées sur des tiges. Un plant d’hibiscus mature mesure facilement 1 mètre à 1½ mètre de hauteur (3½ à 5 pieds).

Nous parlons ici d’une vivace “un peu” tendre. Les livres la listeront en zone 5. Elle pourrait probablement être classée zone 4. Il y a des horticulteurs qui l’ont en observation dehors depuis plus de 10 ans, donc elle n’est peut-être pas aussi fragile qu’on le pense.

Hibiscus syriacus «Rose of Sharon»Comme toutes plantes vivaces, et surtout les vivaces tendres, il vaut mieux laisser les tiges geler en automne et enlever les tiges sèches le printemps suivant. Une protection hivernale, de la paille ou un géotextile ave une bonne couche de neige, est recommandée.

Il existe un autre hibiscus qui passe l’hiver à l’extérieur. L’hibiscus en arbre avec la “Rose of Sharon”. Merveilleux arbuste à fleurs simples ou doubles, de différentes couleurs, arborant ses fleurs également en août et septembre.

Il est classifié zone 6, donc demande une très bonne protection hivernale : soit deux ou trois épaisseurs de géotextile autour de toute la plante. On devra aussi recouvrir le sol pour protéger ses racines. On recouvre le tout d’un plastic pour garder le géotextile au sec. L’hiver dernier, ayant été particulièrement doux, cette plante a bien survécu avec un taux de survie à l’hiver de près de 100 pour cent.

 

2002-10-02
Catégories :