Quelques secrets des jardins et des potagers…

Mariette et Michel Quenneville, producteurs en serre

  • La cendre de bois est un engrais naturel. C’est en fait du potassium à l’état pur. Enfouie dans la terre, elle favorisera une bonne floraison et une meilleure fructification. Attention de ne pas trop en mettre, cela pourrait brûler les racines.
  • Il existe dans la terre des milliers de petites créatures en forme de ver, à peine visibles à l’œil et ce dans chaque pied cube de sol. Ce sont des nématodes. Ils sont souvent inoffensifs et contribuent à la décomposition de la matière organique. Certains par contre parasitent les racines des plantes. Quelqu’un a déjà dit, en exagérant sans doute un peu, que s’il n’y avait que des nématodes sur terre, il y aurait quand même des montagnes et des rivières…
  • Si vous voulez garder vos plantes plus courtes, donnez moins de phosphore (le chiffre du milieu). Un engrais aux chiffres inégaux, comme par exemple le 20-10-20 à la place du 20-20-20 fera une plante plus compacte, donc favorisant l’effet recherché pour les paniers suspendus ou même les plantes en plate-bande.
  • Les semences de pétunia (et de d’autres sortes de plantes) sont tellement dispendieuses qu’elles dépassent facilement le prix de l’or. Consolez-vous car elles sont très petites et une once de celles-ci représente une très grande quantité de graines. Elles sont normalement vendues en très petite fraction d’once ou encore à l’unité.
  • Vous voulez avoir un jardin ou des plates-bandes sans mauvaises herbes, alors il faut les piocher mais surtout le faire avant que ces dernières ne viennent en fleur. Vous éviterez ainsi la formation des semences. Les plantes annuelles n’auront pas d’emprise alors que la propagation des mauvaises herbes vivaces sera restreinte à la multiplication de leurs racines. Elles périront si elles sont dérangées assez souvent.
  • Le papillon monarque se nourrit presque exclusivement d’asclépiades, plante très toxique. Il devient à son tour toxique et les oiseaux l’évitent. C’est un des seuls insectes connus pour sa migration vraiment incroyable, soit du Mexique jusqu’au nord des États-Unis et au Canada, mais cela en plusieurs générations.
  • Les rosiers sont originaires d’Asie où ils existent encore à l’état sauvage. Les milliers de variétés de rosiers sont toutes dérivées de ceux-ci. Les mots « hybride de thé » réfèrent au fait que jadis les explorateurs ramenaient ces rosiers sauvages lorsqu’ils allaient chercher les feuilles de thé. Ils furent alors croisés et multipliés sur plusieurs siècles. Ils sont devenus avec le temps un peu la reine (ou le roi) des plantes ornementales.

2005-05-18