Les plantes hybrides, greffées, croisées, fidèles aux semences, bouturées… Qu’est ce que tout cela veut dire?

Mariette et Michel Quenneville, producteurs en serre

Tous ces termes ont quelque chose à voir avec la multiplication des plantes.

Nous avons une plante que l’on désire propager, alors comment s’y prendre?

Beaucoup, sinon la majorité de plantes horticoles, les annuelles, les vivaces, les arbres et les arbustes indigènes sont fidèles à leurs semences ou plutôt, devrait-on dire, que les semences sont fidèles aux plantes. Elles reproduiront la même plante sans modification notoire.

Or, avec la multiplication des variétés de plantes ornementales, de nombreuses plantes sont maintenant croisées. Le pollen de l’une sera déposé sur les parties femelles d’une autre variété de plante compatible avec comme résultat une nouvelle sous-espèce ou variété avec des caractéristiques différentes. Les semences de cette dernière seront ou stériles ou ne reproduiront pas la même plante mère. Ces semences issues du croisement sont appelées hybrides.

La reproduction de ces plantes hybrides ou avec un attrait particulier passe par le bouturage ou la division des racines pour les vivaces. Le bouturage consiste à faire enraciner une petite tige d’une plante donnée ce qui a pour effet la reproduction exacte de la plante mère.

Ça pourrait s’appeler du clonage. Si ce n’est des maladies transmises lors du bouturage, la reproduction est parfaite et le nombre de plantes que l’on peut reproduire (boutures de boutures de boutures) va à l’infini.

Et les plantes greffées?

Il s’agit de faire prendre une tige ou un bourgeon sur une tige plus forte d’une plante compatible que l’on veut plus rigoureuse. Les rosiers hybride de thé, floribunda, anglais, etc. et aussi les arbres fruitiers, les arbres ornementaux vendus en pépinière sont tous greffés.

Les racines (que l’on nomme porte-greffes), sont issues d’un pommier, d’un érable, d’un chêne, etc, sauvage, donc très forts et des tiges ou plus petites parties (greffons) sont soudées à ces portes greffes robustes. Les parties vivantes de ces plantes (la partie verte) doivent venir en contact l’une avec l’autre.

Les plantes greffées poussent généralement plus vite, plus droite. Attention, les drageons ("suckers") à la base doivent être enlevés. Ils prendront trop d’énergie et feront parfois même mourir la plante principale.

La reproduction commerciale et végétative des plantes ornementales passe souvent maintenant par la culture de cellules ou de méristèmes. Ce sont les plus petites parties encore viables de la plante que l’on peut utiliser.

Ce moyen de propagation exclut les maladies virales et permet la propagation de très nombreux spécimens à partir d’un seul. Le travail est fait en laboratoire dans des éprouvettes.

En somme, quand il s’agit d’embellir notre environnement ou de bien manger, tous les moyens sont bons. À l’opposé de la race humaine, la propagation des plantes ne connaît aucun code d’éthique.

2004-10-01
Catégories :